C’est au parc des Pléiades que la rose "Ville de Courbevoie" a été baptisée samedi 5 juin 2021 dans le cadre de la manifestation nationale "Rendez-vous aux jardins".

Une rose symbolique au nom de la ville

Ce rosier de 80 à 100 cm de haut et fleurissant de mai à fin octobre symbolise le renforcement de la place de la couleur dans l’espace public courbevoisien. Dotée d’un très léger parfum, c’est une rose qu’on aura plaisir à offrir. 
Dès cette année, nous retrouverons d'autres pieds dans l'ensemble des jardins publics courbevoisiens qui s’intègreront à leur tour dans la "patte de Courbevoie", issue du savoir-faire de nos jardiniers municipaux.

Un rosiériste partenaire

Beaucoup de ces rosiers sont issus de la société "Les Roses anciennes André Eve", aujourd’hui représentée par Pascal Pinel. 
Elle est née de la passion d’André Eve (1931-2015), connu dans le monde entier comme l’un des plus célèbres obtenteurs de roses en France. Il a été à l’origine de la réintroduction des roses anciennes en France au début des années 1990. 

Cette rose qui jusqu’alors portait le nom EVEgrific prend le nom de "Ville de Courbevoie", prenant ainsi place aux côtés d’autres noms évocateurs tels que "Sylvie Vartan", "Azay-le-Rideau", "Philippe Stark", "Pierre Perret" et autre "Folie de Bagatelle".

Allons voir s’il y a des roses...

Les rosiers ont une réelle présence dans la ville. Ils sont grimpants comme le rosier de Banks aux fleurs jaunes sur la pergola du square du Cayla ou parfumés comme les rosiers rugueux du square Château du Loir. D'autres ont été plantés en petites collections dans le parc du Millénaire ou les square Brunettes Krüger, Villebois-Mareuil ou Jean Mermoz.
Plus ponctuellement, ils illustrent parfaitement le plan de colorisation par le végétal dans des sites comme l’îlot central de l’avenue Puvis de Chavannes. Dans le parc du Vieux cimetière, la haie d’essences locales plantée comprend même des rosiers des chiens (Rosa canina). 

Les roses ne sont pas non plus étrangères à notre ville et à son histoire puisque la rue Adam Ledoux, avant de porter le nom de ce bienfaiteur courbevoisien, s’appelait la rue des Roses ! Les noms des rosiers plantés dans notre ville ont aussi des noms évocateurs comme "Pierre de Ronsard", en hommage au célèbre poète auteur de "Mignonne, allons voir si la rose" ou encore "André Eve".

Un contexte favorable au végétal

Ville labellisée "4 fleurs" par le Conseil National des Villes et Villages Fleuris depuis 2006, "Fleur d’or" en 2015 et détentrice du "Prix spécial du jury de la valorisation paysagère et urbaine" en 2018, notre ville se glorifie de placer le cadre de vie au premier plan de ses préoccupations.

Depuis 2017, elle a même initié un plan de colorisation par le végétal dont l’objectif est d’apporter dans les rues et les jardins davantage de couleurs au fil des saisons. Cette démarche est mise en œuvre grâce aux jardiniers municipaux à travers toutes les composantes du végétal : écorces, feuilles, fleurs et fruits. Parmi la gamme de plantes composant la palette végétale utilisée, nous retrouvons des vivaces comme les hémérocalles et les iris, mais aussi des arbustes à fleurs comme les lilas, les hortensias et bien sûr les rosiers.