De forme elliptique, ce grand parc est le cœur du quartier du Faubourg de l’Arche.

Une grande pelouse et une zone arborée

L'accès se pratique depuis plusieurs promenades piétonnières : rue des Lilas d’Espagne, allée Véronèse, allée des Tilleuls, allée Bernard Palissy sans oublier la promenade du Millénaire le ceinturant complétement. La partie nord-ouest du parc est constituée d’une grande pelouse, également de forme elliptique et ponctuée de quelques haies de buis au sud. Le reste du parc est une zone arborée dont le couvert est constitué de pins sylvestres, charmes, chênes, érables argentés, érables planes, sycomores, frênes...

Au nord, des haies taillées de charmes encadrent de petits salons avec bancs et une ruche pédagogique accompagnée d’un panneau sur la reconnaissance des insectes. D’ailleurs, à proximité, un hôtel à insectes rappelle l’importance de la biodiversité à Courbevoie.

Des jeux inspirés des dessins de Léonard de Vinci

Les enfants disposent de tables de ping-pong et plusieurs jeux en bois sculpté évoquant les thèmes des études de Leonard de Vinci. En effet, le quartier à travers ses noms de rues et places fait allusion à la Renaissance italienne.

Les enfants disposent donc de jeux évoquant l'anatomie (structure creuse en séquoia), le drapé (bancs en séquoia), l’architecture (structure en chêne avec glissières) et la botanique (structure botanique en chêne). Sur les montants de cette dernière, il est possible de discerner des motifs végétaux sculptés comme feuilles et fruits de chêne, érable, noisetier, vigne... Côté botanique, mais cette fois-ci vivante, il est possible de reconnaître parmi les arbustes du parc des abélies, althéas, arbres aux papillons, fuchsias, orangers du Mexique...

Il est à apprécier à la sortie du parc, dans l’allée Bernard Palissy, un double alignement de rares mûriers à papier (Broussonetia papyrifera).

Dans les publications municipales

"Nos quartiers n° 11" (automne 2019) : "La lecture prend ses quartiers" (pages 4 à 6)
"Nos quartiers n° 7" (automne 2018) : "Le Faubourg des petites mains" (page 20)