L’ouïe est bien connue en tant qu’un des 5 sens externes de l’être humain et est précieuse tant pour sa santé que sa vie relationnelle et sociale. Si elle est souvent considérée comme acquise par les plus jeunes, l’audition peut s’altérer avec le temps mais également à cause des expositions subies dès le plus jeune âge.

L’audition dans nos vies

L’ouïe possède trois fonctions fondamentales : l’alerte (liée à l’instinct de survie afin d’être informé d’un éventuel danger), la communication (dès le 5 ou 6ème mois de grossesse, le cerveau associe peu à peu les sons pour développer la compréhension et la restitution d’un langage oral) et les émotions (l’audition relie les sons à des émotions, par exemple grâce aux fluctuations de la voix ou à l’harmonie d’un enchaînement de notes de musique).

L’audition est ainsi avant tout le bonheur de pouvoir communiquer et de s’entendre avec les autres ; elle est vectrice de joies et d’émotions. Posséder un bon capital auditif est ainsi une chance et il est important de protéger celui-ci par des gestes simples, sans se priver des plaisirs que l’ouïe procure.

Les effets du bruit sur la santé

Le son est détecté par notre cerveau grâce aux cellules sensorielles de l’oreille. Celles-ci sont peu nombreuses (environ 15 000), s’usent avec le temps et les expositions et, contrairement à d’autres cellules du corps humain, ne se régénèrent pas. Les traumatismes subis peuvent avoir un effet à court terme mais aussi à long terme.

Les effets du bruit sur la santé peuvent se classer en deux catégories : 

  • Les effets directs sur l’audition : surdité d’apparition progressive, acouphènes (bourdonnements ou sifflements) ou hyperacousie (extrême sensibilité aux sons). Si ces symptômes persistent plusieurs heures, il est nécessaire de consulter sans attendre un médecin ou un service d’urgences hospitalières. Un traitement rapide peut éviter ou réduire des effets irréversibles.
  • Les effets indirects sur l’audition : perturbation du sommeil, gêne, effets sur le système endocrinien, les comportements, les performances, l’intelligibilité de la parole, et à terme, sur le système cardio-vasculaire, le système immunitaire, les apprentissages et la santé mentale.

Les effets du bruit sur la santé dépendent de trois paramètres, pris ensemble ou séparément : 

  • l’intensité : 0 décibels (dB) est le minimum que l’oreille humaine peut percevoir, le seuil de douleur se situe à 120 dB mais l’oreille peut subir des dommages à partir de 85 dB, 
  • la fréquence : l’oreille humaine est capable de percevoir les sons à des fréquences comprises entre 20 Hertz (très grave) et 20 000 Hertz (très aigu),
  • la durée : ce qui est généralement évalué est la dose de bruit reçue pendant un temps déterminé.

Focus sur la musique amplifiée
L’écoute de la musique à un niveau sonore élevé et pendant une période prolongée met vos oreilles en danger. La nature du son n’influe pas sur le risque auditif : même si le son est agréable, si le volume est trop élevé, le risque auditif est bien présent. Un seul traumatisme sonore suffit pour abîmer vos oreilles à vie et entraîner une perte auditive irréversible. 

Les bons gestes à adopter pour préserver sa santé auditive

  • Gérer ses expositions sonores tout au long de la journée : accorder des temps de silence à ses oreilles dès que possible.
  • Porter les protecteurs individuels lorsque nécessaire (lieu de travail bruyant, bricolage…)
  • Lors d’un festival, en discothèque ou en concert : s’éloigner des enceintes ; faire des pauses régulières dans une zone calme ; porter des bouchons d’oreilles.
  • Varier les formes d’écoute entre casque ou écouteurs et enceintes.
  • Pour l’écoute au casque ou avec des écouteurs : attendre d’être dans un endroit calme pour régler le volume (ne pas le monter au-delà de la moitié de la capacité) et ne pas l’augmenter pour couvrir les bruits ambiants ; limiter la durée d’écoute ; ne pas s’endormir avec un casque ou des écouteurs en fonctionnement.
  • Porter des aides auditives si besoin.
  • Intégrer le bilan de l’audition à son suivi régulier de santé.

Leurs oreilles étant plus fragiles que celles d’un adulte, une vigilance accrue doit être portée à la protection auditive des enfants. Il est également recommandé aux femmes enceintes d’éviter les niveaux sonores trop forts car aucun dispositif ne peut protéger les oreilles des fœtus. 

Comment bien mettre ses bouchons d’oreille (de Santé publique France)