Stéphanie - quartier de Bécon

Stéphanie - quartier de Bécon

Publiée le mercredi 08 avril 2020
Stéphanie habite le quartier de Bécon et connaît bien Courbevoie pour y vivre depuis son enfance. Elle fait l’expérience du confinement en solitaire.

Comment vivez-vous votre confinement ? 

Je suis confinée seule, donc forcément, il y a des hauts et des bas. Je suis, depuis longtemps, très connectée. Je suis donc en toute logique, en ce moment, souvent en contact avec mes amis, mais aussi avec ma famille, pour laquelle j’ai créé un groupe sur WhatsApp !
On s’appelle beaucoup plus, en vidéo notamment, pour compenser le fait de ne pas se voir. Je cours aussi le matin, très tôt, avant de télétravailler, pour croiser le moins de monde possible, dans un rayon d’un kilomètre, ce que je ne faisais pas habituellement. Je continue de découvrir des rues de Courbevoie ! Les joggers sont très disciplinés et respectueux : ils changent de trottoir lorsqu’ils se croisent. Ça, c’est chouette. Je sors environ une fois par semaine, en dehors des week-ends et des après-midi, pour éviter au maximum les contacts. Ce qui a changé aussi, c’est que j’essaye d’acheter plus de produits frais, car je prends désormais tous mes repas à la maison. Grâce à l’initiative de la mairie, j’ai pris contact avec les commerçants du marché de Bécon et je me suis fait livrer le lendemain en bas de chez moi mon petit panier. J’ai trouvé ça vraiment bien ! Et c’est aussi une petite contribution pour ceux qui se donnent la peine de cultiver, pour nous, un grand nombre de fruits et légumes...

Continuez-vous à travailler et comment cela se passe ? 

Je suis directeur de projet dans une grande structure. Je télétravaille désormais tous les jours. Auparavant, nous télétravaillions une fois par semaine, ce qui me convenait mieux, car maintenant, nous ne côtoyons plus personne… Nous avons mis en place des groupes WhatsApp, mais nous n’utilisons plus la vidéo pour limiter la surcharge des connexions. L’oral est privilégié.
Nous échangeons lors de réunions d’équipe, plus nombreuses, car c’est important à mon sens. Je pense travailler davantage, car j'ai moins de sollicitations que dans un open-space. On a aussi adapté nos objectifs de travail, pour privilégier des tâches de fond qui demandent plus de calme par exemple...

Une réflexion à partager ?

C’est bien d’avoir des groupes WhatsApp et de s’envoyer des blagues : ça permet de vérifier que chacun est là ! Mais téléphoner est essentiel. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas passé plus d'une heure au téléphone : auparavant, je sortais pour voir mes amis ou ma famille !
C’est important aussi de prendre des nouvelles de personnes qu’on n’a pas appelées depuis longtemps… Il y a des gens qui ont besoin de contact, et ça fait toujours du bien de parler à quelqu’un. J’ai regardé aussi des applis pour faire des sports plus doux. Mon rythme a changé, je prends davantage de temps pour faire les choses, je profite de ma terrasse ! Et j’ai réussi aussi, ce qui est un paradoxe total, à me déconnecter toute une journée, sans réseau Wifi, mais en acceptant quand même les appels. J’étais un peu fatiguée des sollicitations permanentes et je me suis étonnée d’avoir tenu toute la journée. Et le monde ne s’est pas écroulé !
 

En images :

Voir tous les témoignages

Appel à témoignage

Newsletter

Avec notre lettre d’information spéciale COVID-19, recevez l’actualité directement dans votre boîte mail.