Tours Hermitage : un incroyable fiasco

En 2007 débutait l’opération immobilière Hermitage: deux tours géantes de 320 m de haut sur le front de Seine de La Défense abritant des bureaux, des appartements de luxe et un palace 5 étoiles, en lieu et place des 250 logements initialement HLM des Damiers Anjou et Bretagne voués à la destruction.
Depuis le début, notre groupe n’a eu de cesse de dénoncer ce projet socialement injuste, financièrement bancal et inadapté au quartier de La Défense dont l’attractivité passe par une meilleure mixité des usages avec davantage de logements, de services de proximité, de lieux de loisirs.
Onze ans après (!), les faits nous donnent raison: Hermitage est toujours incapable de boucler son financement tant et si bien que l’établissement public Paris La Défense a enfin fini par hausser le ton en juin dernier et réclamer les 30 millions qui auraient déjà dû lui être versés. Cette hypothèque sur le projet n’a malheureusement pas stoppé le gâchis humain comme l’a montré l’expulsion manu militari de certains des derniers habitants au mois d’août dernier. Sans compter les riverains qui désespèrent de voir ce quartier aller enfin de l’avant et se revitaliser…
De son côté, qu’a fait le maire de Courbevoie ? Après avoir renié ses engagements – comme celui de 2009 de ne pas signer de permis de démolir avant le relogement de tous les habitants (permis de démolir octroyé dès la fin 2011…) –, il s’est désolidarisé de Paris La Défense en réaffirmant sa confiance en M. Iskenderov en juillet dernier, avant de servilement signer en septembre le permis de construire modifié suite au jugement déclarant le précédent permis incompatible avec le PLU de Courbevoie !
C’était pourtant là l’occasion de sanctionner l’incapacité de ce projet à aboutir et de repartir sur de nouvelles bases. Au lieu de cela, le maire s’est conformé à la mascarade consistant à ajouter 210 logements sociaux prétendument "familiaux" de 18 à 37 m² entassés dans un petit immeuble de 9 étages privé d’ensoleillement par les "monstres" de 90 étages qui abriteront – eux – 448 appartements de plus de 200 m² (au prix moyen de 12 000 €/m²) ! Sans compter une « falaise » de 10 m de haut qui rendra impossible toute descente vers les berges de Seine !
Devant la démission du maire, notre groupe Tous Pour Courbevoie en appelle donc à Paris La Défense pour acter l’échec de ce projet et étudier dans de rapides délais d’autres projets à même de correspondre aux attentes des Courbevoisiens.

Alban Thomas, président de groupe
www.touspourcourbevoie.fr
touspourcourbevoie@gmail.com
Tél.: 07 83 73 05 92

Erratum
La tribune du groupe Tous pour Courbevoie du Courbevoie Mag d’octobre 2018 aurait dû être signée "Aline Delobel, conseillère municipale, et Alban Thomas, président de groupe".
La tribune du Courbevoie Mag de novembre 2018 aurait dû être signée "Alban Thomas, président de groupe".