Campagne d'abattage d'arbres : une nécessité pour notre sécurité

Vivre à Courbevoie

Campagne d'abattage d'arbres : une nécessité pour notre sécurité

Publiée le jeudi 23 novembre 2017

Campagne d'abattage d'arbres : une nécessité pour notre sécurité

Du 27 novembre au vendredi 8 décembre, la Ville procède à une campagne d’abattage. Focus sur cette opération de sécurité, qui appelle une planification et une méthodologie rigoureuses.

Nos arbres habillent les trottoirs, offrent leur ombre, absorbent le gaz carbonique en excès, enjolivent les parcs et les jardins, préservent la biodiversité en milieu urbain.

Pourquoi la Ville est-elle dans l'obligation de procéder à l'abattage des arbres ?

Des arbres qui ne peuvent plus vivre en ville...

Grandir en ville peut s'avérer particulièrement problématique, comme le confirme Jacques Macret, directeur du service espaces verts et environnement ; « Les arbres sont plantés dans des fosses réduites et leur système racinaire est donc contraint. Ils sont aussi agressés par toutes les tranchées creusées pour faire passer les tuyaux d’eau, de gaz, les réseaux électriques, la fibre… On les taille et on les élague régulièrement, ils sont percutés par des véhicules et il arrive que certains chiens arrachent leur écorce"

Sans parler de la problématique des sols piétinés, si compacts qu’ils en deviennent imperméables et privent les arbres d’eau !


Effectuer des diagnostics sanitaires

Conséquence : certains troncs ou branches des arbres ainsi fragilisés se brisent. La mairie est vigilante.

Outre les campagnes annuelles d’abattage qui participent de l’entretien courant du patrimoine arboré, Courbevoie s’est adjoint les services de l’Agence de l’arbre, afin de connaître l’état des arbres et d’anticiper au mieux leur gestion.

Depuis un an, Patrick Bujon dresse ainsi des diagnostics sanitaires, sur commande municipale. « Je procède tout d’abord à un diagnostic visuel de toutes les parties de l’arbre, relevant les zones de réaction, les altérations du bois, la présence d’insectes ou de champignons, les défauts dans l’écorce », explique-t-il.

Le spécialiste s’intéresse aussi au pied de l’arbre et, en cas de doute, procède à des investigations complémentaires : « Je peux être amené à effectuer un “grimper”, pour examiner les feuilles de plus près. Je peux aussi sonder la densité de l’écorce, à l’aide d’un pénétromètre. »

Ce diagnostic permet de classer les arbres en quatre catégories, du sujet sans altération à celui dont les lésions sont telles qu’il constitue un danger pour les habitants.

L’Agence de l’arbre remet in fine des préconisations sur les interventions à effectuer : tailler des parties fragilisées ou procéder à l’abattage de certains spécimens.

 

Renouveler les essences et favoriser la biodiversité

S'il n'est jamais agréable de voir un arbre s'en aller, il est toujours plaisant de constater que de jeunes sujets prennent la relève. 

Ainsi, la Ville procède chaque année à de nombreuses plantations ou replantations d’arbres, tant pour la préservation de la biodiversité que pour maintenir le parc végétal. Ce dernier est d’ailleurs cartographié et compte 286 points verts, dont 37 parcs et squares. 

 

Les abattages de 2017

21 arbres sur près de 20 000, seront abattus du 27 novembre au vendredi 8 décembre

Fragilisés, ils constituent un danger pour les Courbevoisiens et nécessitent l’intervention immédiate du service espaces verts.

Ces 21 abattages d'arbres sont répartis sur les lieux suivants :

  • Freudenstadt
  • Parc Charras
  • Square du Capricorne
  • Rue des salles
  • Villa Sainte Cécile
  • Rue JP Timbaud
  • Square Villebois Mareuil
  • Rue Edgar Quinet
  • Parc des Couronnes
  • Parc de Bécon
  • Square Hôtel de ville
  • Parc des Pléiades